Mots Chuchotés
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
» Les amants de la nuit
Lun 1 Mai - 22:53 par colombe-sylvie

» L'absence
Lun 1 Mai - 22:41 par colombe-sylvie

» Il fût un temps..
Ven 21 Avr - 21:27 par colombe-sylvie

» Quitte ou double..
Dim 5 Mar - 22:59 par colombe-sylvie

» Fallait il..
Jeu 16 Fév - 0:15 par colombe-sylvie

» Qui voudrait..
Lun 30 Jan - 0:47 par colombe-sylvie

» Naturellement..
Sam 12 Nov - 13:21 par colombe-sylvie

» Bonsoir à tous et à toute
Lun 24 Oct - 2:43 par colombe-sylvie

» Droit devant
Mar 18 Oct - 13:40 par cocogirl

Août 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Le baiser de l'amor (suite et fin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Katia
Plume d'or
Plume d'or
avatar

Messages : 582
Date d'inscription : 13/05/2011

MessageSujet: Le baiser de l'amor (suite et fin)   Ven 20 Sep - 22:01

Hier, il s’était senti bizarre toute la journée, pas dans son assiette, fatigué, sans aucune bonne place. Pour essayer de se détendre vers vingt heures, il était sorti de son petit studio où il vivait seul avec ses souvenirs et ses regrets. Il n’avait jamais eu de relation sérieuse avec aucune fille, des conquêtes d’un jour ou deux mais jamais guère plus, l’image de Mary le hantait sans fin, ils s’étaient vraiment aimés même s’ils n’étaient que des enfants.
Il avait longé le canal d’un pas mal assuré, le souffle lui manquait et son cœur battait si fort dans sa poitrine qu’il lui en faisait mal. Il s’était arrêté pour regarder l’eau qui avait toujours eu le pouvoir de le fasciner, de le calmer, s’était appuyé au petit pont pour se reposer. En contrebas, il voyait les rides se former sur la surface vert émeraude sous le souffle du vent qui gémissait dans les arbres. Soudain, il avait vu son visage apparaitre, Mary était là riant, lui souriant, l’appelant, lui faisant signe pour qu’il la rejoigne. Tout était noir autour de lui. Il se sentait attiré malgré lui. D’une dernière enjambée, qui lui avait demandé un effort énorme d’énergie, il avait escaladé un gros tas de pierres de tailles qui se trouvait sur le pont avant de l’enjamber pour aller retrouver son amour qui lui tendait les bras. Ses muscles s’étaient allégés d’un seul coup comme quand ils allaient se baigner à dix ans.
Il n’avait même pas entendu ce promeneur tardif qui lui avait parlé, lui avait demandé s’il se sentait bien en s’avançant vers lui. Il avait franchi le parapet, passé le pont…

Quinze jours plus tard, il était sorti des soins intensifs, il avait pu regagner son studio. Avec Marlène, la belle infirmière qui lui rappelait tant Mary, ils se voyaient régulièrement. Elle venait le voir en quittant son service ou lui venait l’attendre à la sortie. C’était la première fois qu’il ressentait à nouveau de l’amour. Même si c’était plus le souvenir que réveillait la vue de Marlène qu’il chérissait qu’elle réellement.
Marlène était gaie, souriante comme l’était toujours Mary. Avec elle, il avait l’impression de faire revivre son premier amour, le seul et l’unique véritable de toute sa vie mais ça il ne lui disait pas, elle ne pouvait pas comprendre. Un jour, pourtant, il faudrait qu’il les présente tous les six : elle, Mary, Greg, ses parents, tante Agathe. Quelle tête ils allaient faire en voyant la ressemblance flagrante entre Mary et Marlène. Il lui semblait qu’elles ne faisaient qu’une seule et même personne.
Il avait essayé de lui dire qu’il les voyait toujours, qu’ils lui parlaient mais elle n’avait pas voulu le croire, lui répétant que c’était le choc. Elle lui avait même conseillé de voir un thérapeute, l’avait accompagné à son premier rendez-vous. Il avait dû répéter encore qu’il ne savait pas pourquoi il avait sauté à l’eau, mais il n’avait pas parlé des causes des décès de ses cinq fantômes. Il n'avait rien dit non plus de ces petites voix qui résonnaient dans sa tête depuis si longtemps pour lui dire ce qu’il devait faire, quand et comment. Personne ne comprenait ni ne voulait comprendre non plus. Il avait lu la peur dans les yeux de ses copains quand il était ado et qu’il avait essayé de leur en parler.
Le thérapeute face à lui ne lui inspirait pas confiance, il voulait sonder jusqu’au plus profond de son cœur, alors il avait écouté ses petites voix avant de lui répondre. Encore une fois, elles lui avaient soufflé les réponses attendues, qui rassuraient et lui avaient évité une thérapie en longueur. Marlène aussi semblait satisfaite du compte-rendu qu’elle avait reçu suite à ce rendez-vous, la conclusion disait qu’il n’y avait rien d’alarmant, qu’il avait juste besoin de repos et que son saut qui avait failli lui être fatal était seulement dû à du surmenage.


Les mois s’enchainaient sans problème. Il ne lui parlait plus de ses fantômes. Un jour viendrait où elle le croirait. Une nouvelle année commençait avec un mois de Janvier particulièrement froid et enneigés mais ils s’amusaient tellement tous les deux que le froid leur était devenu indifférent. A grands coups de boules de neige, il l’accompagnait jusqu’à l’hôpital. Le soir il leur arrivait de faire une partie du trajet en luge, ou de faire leurs portraits sur le sol immaculé. Devant l’immeuble où était son petit studio ils avaient fait un bonhomme de neige aussi grand qu’eux. Ils riaient comme des gamins avant de se faufiler transis sous la couette.
Edouard avait en permanence le regard songeur et un sourire mystérieux aux lèvres quand il était avec Marlène mais elle mettait son attitude sur la fatigue, le contrecoup, l’amour, le bonheur.
Après Janvier, Février fit son entrée. Ce tendre mois de l’amour vit Edouard encore plus mystérieux et absorbé dans ses pensées, il parlait en dormant, se réveillait en sueur, mais ses petites voix lui trouvaient toujours l’excuse adéquate.
« Marlène, mon bébé, arrange-toi pour être libre le quatorze. Je veux t’offrir la plus belle Saint Valentin du monde. Tu verras je t’ai préparé une surprise. »
Folle de joie à l’idée de fêter sa première Saint Valentin, Marlène ne se fit pas prier pour poser un jour de congés le jour dit.
« Ma chérie, c’est un grand jour pour nous. Je vais te présenter ma famille. Ne te laisse pas impressionner par ma tante. Elle a l’air austère mais a un si grand cœur. C’est Mary qui va être contente de voir que je l’ai ni oubliée ni trahie en t’aimant. »
Marlène ne trouvait rien à répondre tant Edouard lui faisait peur soudain.
Avec d’infinies précautions pour ne pas lui faire mal, il lui attacha les mains derrière le dos et l’aida à s’installer dans la voiture. Tout en chantant, il mit le contact, il avait l’air heureux, le regard brillant d’un gamin fier de lui.
Marlène essayait désespérément de se libérer, mais ses liens étaient tellement serrés qu’ils lui brûlaient les chairs sans pour autant bouger. Edouard tenait depuis qu’ils roulaient un monologue incompréhensible qui la terrorisait.
« Vous aviez raison, nous n’avons attendu que trop longtemps pour être enfin réunis. Mais maintenant nous allons rattraper le temps perdu. Je ne suis pas seul. Vous allez voir je vais vous présenter quelqu’un. »
« Edouard, je t’en supplie arrête, j’ai peur. »
« Calme-toi Marlène. Tu es ridicule, nous allons vivre un moment unique, formidable. Ce sera le plus beau jour de ma vie. Je te le promets. Une belle Saint Valentin, oui une très belle Saint Valentin. Fais-moi confiance, ce sera réussi. »
Après une petite demi-heure de route, il arrêta la voiture sous un arbre à quelques pas de l’entrée du pont, coupa le contact et caressa doucement les boucles de Marlène avant de descendre et de la décharger comme un paquet de chiffons.
Il la tenait fermement pour la forcer à avancer.

« Ne crains rien ma chérie, avance, ils nous attendent. »
Il la poussa contre la barrière pour qu’elle ne puisse plus bouger, ni essayer de se sauver si l’envie la prenait.
« Regarde mon amour, regarde en bas, ils sont déjà là, ils t’attendent pour te connaitre, ils nous attendent, regarde comme ils te sourient, on va être bien, fais-moi confiance, il n’y en a plus pour longtemps. »
L’eau était stagnante, sale, et Marlène pleurait.
« Edouard, je t’en supplie laisse-moi, détache-moi, je ne dirai rien, je t’en… »
Il l’embrassa, l’assomma avant de la précipiter dans la rivière glacée.
L’eau l’engloutit assez rapidement avant de se refermer, lisse, cruelle, implacable.
Edouard escalada le pont, sourit, puis se lança à son tour dans ce dernier lit meurtrier.
Le lendemain, un joggeur matinal aperçut deux corps sans vie étendus sur la berge. Une jeune femme et un homme. Le visage de la femme avait gardé une expression de terreur alors que l’homme paraissait serein, en paix. Il ne fallut pas longtemps aux secours pour identifier Marlène et Edouard.
La presse relata les faits mais en l’absence de témoins il fut très difficile d’expliquer ce qui avait bien pu se passer entre eux pour en arriver là. Ils semblaient si bien assortis, si heureux, rien ne laissait présager un tel drame.
L’enquête conclut à une violente dispute conjugale ou à une scène masochiste ayant mal tourné mais comme ni l’un ni l’autre n’avait de famille, celle de Marlène se trouvait sur le même vol que celle d’Edouard pour fêter les noces d’or de ses grands-parents mais comme elle était punie ce jour-là, elle était restée chez sa nounou. Les investigations tournèrent vite en eau de boudin sans que le passé d’Edouard ne soit exploré.
Le rapport du thérapeute n’avait rien indiqué d’anormal, personne ne pouvait savoir que dès qu’ils avaient franchi ce pont des fantômes étaient venus à leur rencontre.


Dernière édition par Katia le Sam 12 Oct - 7:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
vikthor
Plume d'or
Plume d'or
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 09/09/2013

MessageSujet: Re: Le baiser de l'amor (suite et fin)   Sam 21 Sep - 5:00

très belle suite, au climat lourd et prenant comme on l'espérait... parallèlement à ta poésie, tu devrais écrire plus souvent des romans de ce genre

bravo Katia, ta plume sied bien dans ce genre

 biz, Vik

Revenir en haut Aller en bas
Sandy
Plume d'or
Plume d'or
avatar

Messages : 459
Date d'inscription : 07/06/2011

MessageSujet: Re: Le baiser de l'amor (suite et fin)   Sam 21 Sep - 21:02

j'adore!!!!!

une autre!!

bisous ma Katia
Revenir en haut Aller en bas
cabotin
Plume d'or
Plume d'or
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 25/04/2011

MessageSujet: Re: Le baiser de l'amor (suite et fin)   Dim 22 Sep - 10:15

tout comme les autre lecteurs je trouve la nouvelle très bien écrite, du vrai polar 
Revenir en haut Aller en bas
Janedeau
Plume d'or
Plume d'or
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 60
Localisation : Au quai des rêves

MessageSujet: Re: Le baiser de l'amor (suite et fin)   Lun 23 Sep - 5:48

Quelle histoire !!! C'est admirablement bien écrit !!!  Bravo Katia !  Dès le début on est pris par l'histoire et on veut la poursuivre jusqu'au bout sans en manquer une seule ligne !!!
Je trouve cependant la fin bien triste !!!! Mais quel suspense !!!

Un drame super bien écrit en tout cas !!!

Revenir en haut Aller en bas
http://merveillespoetiques.forumperso.com/
Katia
Plume d'or
Plume d'or
avatar

Messages : 582
Date d'inscription : 13/05/2011

MessageSujet: Re: Le baiser de l'amor (suite et fin)   Sam 12 Oct - 7:07

Vikthor, ma Sandy, Cabotin, Jane, je vous remercie pour vos mots si élogieux.
J'en ai quelques unes des nouvelles sombres comme ça.
Ma plume poétique se tait en ce moment mais peut être que pour d'autres polars elle se réveillera.
Je suis contente que vous aimiez.
Bisous


 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le baiser de l'amor (suite et fin)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le baiser de l'amor (suite et fin)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Lesage, Mireille] Amor - Tome 2: R.O.M.A
» Primeval - Traque - Ryan/Stephen -PG 13
» MERCY THOMPSON (Tome 03) LE BAISER DU FER de Patricia Briggs
» Les films qui n'auraient jamais dû avoir de suite
» le bruit du baiser

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Vos nouvelles-
Sauter vers: