Mots Chuchotés
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
» Les amants de la nuit
Lun 1 Mai - 22:53 par colombe-sylvie

» L'absence
Lun 1 Mai - 22:41 par colombe-sylvie

» Il fût un temps..
Ven 21 Avr - 21:27 par colombe-sylvie

» Quitte ou double..
Dim 5 Mar - 22:59 par colombe-sylvie

» Fallait il..
Jeu 16 Fév - 0:15 par colombe-sylvie

» Qui voudrait..
Lun 30 Jan - 0:47 par colombe-sylvie

» Naturellement..
Sam 12 Nov - 13:21 par colombe-sylvie

» Bonsoir à tous et à toute
Lun 24 Oct - 2:43 par colombe-sylvie

» Droit devant
Mar 18 Oct - 13:40 par cocogirl

Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 L'oiseau , la violette , et moi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: L'oiseau , la violette , et moi   Dim 11 Sep - 9:43

L'oiseau , la violette et moi

Ce jour-là, j'avais un grand besoin d'évasion. Une petite balade s'imposait. J'enfourchai aussitôt ma vieille bécane et me laissai emporter au gré des envies et du vent. Dans mon Jeans élimé, même troué, par endroits, les bras nus dans un Marcel bariolé, lunettes de soleil et baskets à la mode, j'avais l'air d'un...D'un touriste perdu en pleine cambrousse. Bref, je vagabondais l'esprit libre et le cœur en paix.

Le soleil atteignait son zénith quand une tache minuscule vint à se poser, au loin, en travers de ma route. Au plus je me rapprochais, au plus je découvrais de détails, au moins je comprenais le motif de son action. Là, plantée au milieu du chemin, une brunette couverte de tache de rousseur avec un joli petit nez retroussé, un petit haut si rikiki qu'il aurait damné un saint et un treillis taille basse à faire sortir un loup du bois, me barrait crânement la route. Ébloui, fasciné, par son côté frais et sexy, je compris à moitié ses explications et, comme hypnotisé par le joli petit tatouage d'une violette qui se dévoilait sur sa hanche, j'acquiesçais à sa requête : L'emmener vers l'endroit civilisé le plus proche.

La paire de rangers qu'elle promenait au bout de son bras était sans doute la cause de sa décision d'interrompre sa promenade, et ma balade, par la même occasion : Je ne comprendrais jamais pourquoi les randonneurs et neuses chaussent de pareils instruments de torture pour s'ébattre en forêt. L'inventeur de ces supplices à pieds devait sans doute rôtir en Enfer couvert d'ampoules. Pendant que je pensais à l'état de ses pieds, l'autostoppeuse, ses rangers au cou et son baluchon au dos, s'installa sur la bécane qui accusa la surcharge par un grincement de reproche. Était-ce la peur de tomber, la première fois qu'elle montait sur une moto, le manque de confiance en mes capacités, tant est-il qu'elle s'agrippa à moi comme un naufragé s'accroche à une bouée. Tellement fort qu'elle m'en coupa la respiration. Heureusement nous atteignîmes la station-relais avant que j'atteignisse le point d'étouffement.

Une flopée de camions, camionnettes, poids lourds encombrait le parking poussiéreux. Je garai ma moto l'aidai à descendre. En remerciement du dépannage, elle proposa de m'offrir un verre ce que j'aurais eu mauvaise grâce de refuser. D'abord parce que je suis un gentleman, ensuite parce que ma gorge était plus aride que le désert de Californie après le passage de la Mousson Sèche.
Galamment, je lui ouvris le passage et la porte. Ce qui fit grincer cette dernière comme un chat qu'on dépiaute faisant relever de leur verre de bière tous ces messieurs à la bedaine de sacristie. Nul doute que Bacchus y eut été pour plus qu'un saint pour leur tour de taille. Sans prêter attention à leurs regards dégoulinant sur sa silhouette, mon inconnue se commanda un solide petit en-cas et un demi pour moi. Elle avala le tout de si vive façon que je me demandai depuis combien de temps elle devait errer dans les bois. Je fus néanmoins surpris par la quantité ingérée. Toutes les femmes que j'avais accostées, jusqu'ici, se contentaient, pour garder la ligne, de regarder tous ces délices de loin.

Un discret coup d'œil me permit de m'assurer qu'elle avait une forte marge avant qu'un problème de cette nature ne vienne effleurer son esprit : Une taille fine surmontée d'une poitrine aux formes généreuses surplombait un bas aux courbes magnifiques. Un corps de femme et un visage d'enfant à l'âge indéfinissable. Je notai également, d'un côté, qu'elle ne portait pas d'alliance et de l'autre que ses lignes auraient bien comblé les desseins des quelques admirateurs qui délaissaient la dive bouteille pour la belle inconnue callipyge.

Sa beauté me troublait au point que je ne trouvai prétexte à engager une conversation me contentant de l'admirer béatement. Chose qui ne m'était plus arrivée depuis les lointaines années du collège où l'insondable mystère de la femme occupait toutes mes pensées. J'étais tellement occupé à la contempler que je ne me rendis même pas compte que mon comportement pouvait être indécent. C'est à son rougissement que je compris l'embarras que cela pouvait générer et c'est à mon regard qu'elle comprit toutes les émotions, les pensées que je ressentais à son sujet. Pour le coup, c'était à mon tour d'être quelque peu gêné de mon manque de discrétion. Sans se démonter, le plus naturellement du monde, la belle inconnue me proposa de mettre mes élucubrations en pratique. J'en restai quelque peu perplexe. Dame ! On le serait à moins ! La station-relais n'avait pas de chambre mais je subodorai que ma jolie brunette avait sa petite idée sur la question.

Prenant ma perplexité et ma surprise pour de l'indécision et voulant me convaincre du sérieux de sa proposition, elle me prit la main et me fit comprendre qu'il nous fallait reprendre la route. Suivant ses indications, nous traversâmes des bois qui me parurent interminables et des champs de coquelicots qui s'agrandissaient à mesure que mon envie montait pour arriver, enfin, en bordure d'un petit lac. Là, sans perdre de temps, elle proposa une baignade et, le temps de garer la moto, elle plongeait déjà, nue, dans l'eau.

Je m'empressai de la suivre gardant, petit reste de pudeur, mon boxer. L'eau était délicieusement rafraîchissante pour une journée où les chaleurs s'étaient montrées plus que généreuses. Hardie, elle s'avança vers moi et m'embrassa ardemment, goulument, comme si elle avait voulu m'embrasser l'âme. Puis, tout en bécots, elle descendit sur le nombril, puis, soudain, elle disparut sous l'eau. Passant entre mes jambes, elle me déséquilibra et je m'étalai tout du long dans l'eau. Refaisant surface, je me mis à la chercher sur et sous l'eau mais.... Rien ! Je ne trouvai personne !

J'en étais à me demander où ma mystérieuse inconnue avait pu passer quand un bel oiseau au plumage violet vint me frôler, si proche, qu'on eut dit qu'il voulait attirer mon attention. Comme s'il me connaissait. C'est en le regardant s'ébattre et s'évanouir à l'horizon que je réalisai alors avoir fait un rêve......Le merveilleux rêve d'un oiseau, d'une violette et moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'oiseau , la violette , et moi   Lun 12 Sep - 20:50

Toujours émerveillé par cette fascinante imagination qui nous fait voyager au creux de situations qui, tout en étant fantastiques n'en demeurent pas moins d'un certain réalisme
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'oiseau , la violette , et moi   Mar 13 Sep - 10:07

Vae-primat a écrit:
Toujours émerveillé par cette fascinante imagination qui nous fait voyager au creux de situations qui, tout en étant fantastiques n'en demeurent pas moins d'un certain réalisme


il y manque plus que la violette en tatouage sourire merci de ton passage sur mon ecrit prends soin de toi
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'oiseau , la violette , et moi   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'oiseau , la violette , et moi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fille, le chat et l'oiseau...
» L'oiseau bleu du bonheur
» Oiseau dans la savane (jardin Africain)
» la fille, le chat et l'oiseau...
» oiseau classique (ui je sais c'est pas du manga, jeux ou autres...)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Vos nouvelles-
Sauter vers: